Vins De Bourgogne

Edition du 08/03/2016
 

LE DOMAINE PRIEUR-BRUNET

Référence

Domaine PRIEUR-BRUNET

En digne représentante de la 7e génération, Dominique Uny-Prieur, secondée aujourd’hui par son fils Guillaume (8e génération), poursuit une politique qualitative familiale exemplaire, qui met en avant une véritable philosophie du travail et de l’élevage des vins.


Le 11 Ventôse de l’An 12 (11 mars 1804), les frères Jean et Claude Prieur acquièrent le Domaine du Château Perruchot à Santenay. Seul Jean Prieur eut une descendance et depuis près de deux siècles, cet héritage a été transmis de génération en génération comme en témoigne l’arbre généalogique qui remonte au XVIIe siècle. C’est ainsi que se sont succédés Jean Prieur et son frère Claude, Claude Prieur Ponnelle, Jean-Baptiste Prieur Blondeau, Jules Prieur Saladin, Georges Prieur Collin. En 1955, grâce à l’union de Guy Prieur et d’Élisabeth Brunet, native de Meursault, le Domaine prend un nouveau départ et devient le Domaine Prieur-Brunet en raison de l’apport d’un important vignoble familial sur Meursault. De cette union naquirent deux filles, Dominique et Chantal. Dominique, après un bac commercial, a passé avec son époux à la faculté d’œnologie de Dijon, son diplôme en 1978. Parlant couramment anglais et allemand, c’est avec plaisir qu’elle aime recevoir les nombreux clients au caveau. Aujourd’hui, à la suite du décès de Claude en 2003, son fils Guillaume (8e génération) est à ses côtés, après avoir brillamment obtenu le diplôme de l’Académie Commerciale Internationale et poursuivi ses études à l’École Supérieure de Commerce de Dijon. Ce vaste Domaine de 20 ha sur la Côte de Beaune est largement ancré à Santenay-le-Haut, dans cette jolie maison coiffée de tuiles vernissées. Un site à Meursault, “le Moulin Juda”, facilite les déplacements des engins de culture. La maison possède une véritable philosophie du travail et de l’élevage des vins. Les sols et les vignes ont toujours été travaillés dans un esprit d’une viticulture “raisonnée”. Le Domaine produit à parts égales des vins rouges et blancs. Leurs fleurons sont le Santenay Maladière 1er Cru rouge (5 ha) et le Meursault Charmes 1er Cru blanc (1,20 ha). “La récolte 2014 s’est effectuée par un beau temps chaud, précise Guillaume Uny-Prieur.  Nous n’avons pas attendu, les maturités étaient là, donc, nous avons décidé de récolter et de rentrer ainsi des raisins bien sains. Toute la vendange est amenée en camions donc aucun risque d’oxydation et, comme maintenant, nous sommes équipés d’un groupe de froid, en blancs comme en rouges, les grosses chaleurs n’ont pas eu d’incidence. C’était la première année que nous utilisions notre nouveau matériel de tri et nous n’entrions, en cuves, que des billes de raisins vraiment magnifiques. Avec ce matériel de froid, nous maîtrisons parfaitement les fermentations en suivant bien les températures. Nous avons extrait de cette belle matière première ce que l’on souhaitait : couleur, fruit et matière. Nous avons produit des vins souples, d’une acidité normale, au léger boisé, assez concentrés, d’une belle couleur, des vins vraiment “sur le fruit”. Ce millésime 2014, qualitativement, je le positionne entre le 2012 et le 2010, ce qui laisse augurer de très jolis vins. Depuis quelques années nous avons beaucoup investi dans un outil de travail très performant, l’équipement du chai est maintenant achevé. Nous portons nos efforts sur le vignoble qui a un peu souffert ces dernières années après les épisodes de grêle, nous taillons avec une attention particulière car nous observons des bois en souffrance, notre objectif est donc de bichonner nos vignes. Les 2013 sont dans la lignée des derniers millésimes. Il faut se rappeler les épisodes climatiques, et, heureusement, le temps s’est bien amélioré à partir du 10 août et même très nettement ensuite, du 20 août jusqu’aux vendanges. Les Blancs 2012 ont un peu moins de gras mais beaucoup de fraîcheur, ce sont des vins équilibrés, avec une acidité présente, ils se garderont bien. Nos investissements pour moderniser l’outil de travail nous ont été très utiles. Grâce à cela, aucun goût de grêle, les baies abîmées par celle-ci ont été automatiquement éliminées au tri. Les vins bénéficient d’un élevage en fûts durant 12 à 15 mois (dont 1/3 de fûts neufs) en fonction des appellations et des acidités. Nous avons fait des bâtonnages doux pour préserver la belle fraîcheur qui caractérise ce millésime, une vraie réussite. Ces 2012 sont d’une belle fraîcheur soutenue par une bonne acidité toutefois pas trop marquée. Pour les Rouges 2012, nous avons extrait au maximum, les baies étaient très saines. Les rouges 2012 commencent tout juste à s’ouvrir. Le 2012 se gardera bien en cave, alors que je conseille de déguster les blancs 2011 dans les cinq prochaines années, ils sont délicieux. Les Rouges 2011 présentent une belle matière, de beaux tanins bien lisses, des vins qui vont s’ouvrir progressivement. Blancs 2011 : de plus en plus gras, c’était déjà un millésime riche au départ et, avec l’élevage, on gagne de plus en plus de gras aujourd’hui. Chaque millésime à son style.”

   

LE DOMAINE PRIEUR-BRUNET

Dominique et Guillaume Uny-Prieur
Rue de Narosse - BP 9
21590 Santenay
Téléphone : 03 80 20 60 56
Télécopie : 03 80 20 64 31
Email : uny-prieur@prieur-santenay.com





> Le palmares des vins


CLASSEMENT BOURGOGNE BLANCS
e_bourgogne_blancs.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT BRIS
AUTRES

GUY ROBIN
TREMBLAY
CHARDONNAY
A.GEOFFROY
MOSNIER
NAULIN
DAMPT
HEIMBOURGER
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


ANTONIN GUYON (CCh)
MAREY (CCh)
JAFFELIN (CCh)
DENIS Père et Fils (PV)
DUBREUIL-FONTAINE (PV)
Jean-Jacques GIRARD (PV)
PULIGNY-MONTRACHET
Vincent BACHELET (ChM)
CARILLON (BBM)
Jean CHARTRON (BM)
Marc JOMAIN (PM)
PRIEUR-BRUNET (BM)
Pierre BOURÉE
COUDRAY-BIZOT
SEGUIN-MANUEL
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
AMPEAU (M)
Guy BOCARD (M)
B. DELAGRANGE (M)
Marc BROCOT (Ma)
DICONNE (M)
DOREAU (M)
VIRELY-ROUGEOT (M)
FOUGERAY DE BEAUCLAIR
CHOUPETTE (S)
MEIX (SA)
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS


LAROCHETTE (Crémant)
Michel PRUNIER (Crémant)
Jean GIRARD (Crémant)
POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE
AUVIGUE
BRUYÈRE
CHALET POUILLY
DENUZILLER
LAROCHETTE
Roger LUQUET
PAQUET
FEUILLARDE
GONDARD-PERRIN



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT BRIS
AUTRES

CAMU
ELLEVIN
MARRONNIERS*
GUETTE SOLEIL
Pascal HENRY*
PISSE-LOUP
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


PULIGNY-MONTRACHET
BADER-MIMEUR
(CHANGARNIER (M))
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
ROCHE BRULEE
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS


POLETTE
POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE
(Ch. FUISSE)
(Château de VINZELLES)



TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHABLIS
SAINT BRIS
AUTRES

(MOTTE)
CORTON
PERNAND-VERGELESSES


PULIGNY-MONTRACHET
(René MONNIER (M))
MEURSAULT
MARSANNAY
AUXEY-DURESSES
SAINT-AUBIN
(GERMAIN et Fils (SR))
COTE CHALONNAISE
RULLY
CREMANTS


POUILLY FUISSE
SAINT-VERAN
MACON
BOURGOGNE

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Domaine Jean CHARTRON


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. L’histoire de la famille Chartron est intimement liée à celle de la Bourgogne et, plus précisément encore, à celle de Puligny-Montrachet. On se doute que la vinification des vins blancs s'opère de manière traditionnelle. Les vins fermentent et font leur élevage en fûts de chêne, exception faite des appellations régionales pour lesquelles ces opérations ont lieu pour partie en fûts et pour partie en cuves. Pour les fûts, l'origine de bois de prédilection reste la région de l’Allier pour une grande majorité. Le pourcentage de fûts neufs, varie de 10 à 40%, avec une moyenne d'âge jamais supérieure à 5 ans pour l'ensemble des fûts. “Restons optimistes, nous dit Jean-Michel Chartron, car 2014 aura été pour notre village un bon millésime tant au niveau de la qualité qu’au niveau de la quantité. Même si la grêle est venue frapper un peu plus durement les parcelles situées “en Montagne”, ce millésime en gestation a vraiment tout d’un grand ! Il s’annonce comme très bon et les volumes sont là, même s’ils ne combleront pas totalement le manque de stock. Après une nouvelle année météo surprenante, septembre, fidèle à sa réputation, a pleinement joué son rôle. Les raisins récoltés honorent déjà de belles promesses, avec de très jolis équilibres. Au niveau de la région, les volumes définitifs seront connus sous peu. Néanmoins, les premières estimations marquent le retour à la normale pour beaucoup, malgré des disparités suivant les secteurs. Rappelons-nous ! Au printemps, le millésime 2014 s’annonce précoce. Les conditions climatiques chaudes et sèches profitent à la vigne. Elles laissent espérer une récolte abondante et préservent la vigne du point vue sanitaire. Toutefois, le potentiel de récolte se trouve affecté par quelques phénomènes de coulure (non transformation des fleurs en fruits). Le 28 juin, la Bourgogne est touchée par un violent orage de grêle. Les dégâts sont parfois considérables, en particulier sur certaines appellations de la Côte de Beaune comme Meursault, Volnay, Pommard ou le nord de Beaune et dans le secteur de Lugny. Ces vignobles, souvent impactés pour la deuxième ou troisième année consécutive, voient leurs espoirs de bons rendements s’envoler. Avec l’été, le soleil semble parti vers d’autres contrées ; et l’avance acquise en début de cycle n’est plus d’actualité. Cependant, malgré la météo humide et fraîche, la maturation démarre sur un bon rythme fin août. Le soleil, accompagné du vent du Nord, revient dès les premiers jours de septembre. Ce sont des conditions idéales pour une maturation optimale des raisins et le maintien d’un bel état sanitaire. La Bourgogne, comme les autres vignobles, a connu quelques foyers de pourriture acide. Les parcelles de Pinot Noir concernées ont fait l’objet d’un tri rigoureux, à la vigne comme en cuverie. Ce phénomène ponctuel et localisé reste une exception dans une année globalement très saine. Mi-septembre, les vendanges débutent sous le soleil et dans la bonne humeur. Les raisins mûrs, sains et aromatiques rejoignent les caves. Les cuvaisons se déroulent sans encombre et la fermentation alcoolique démarre spontanément. Le début de l’automne, très doux, permet aux fermentations malolactiques de s’enclencher. Les vins dévoilent des équilibres parfaits. Leur caractère ciselé et précis présage d’un beau potentiel de garde. Nous croisons donc les doigts !” Franchement, ce Chevalier-Montrachet Grand Cru Clos des Chevaliers (Monopole) 2013, est formidable, l’une des plus jolies bouteilles savourées cette année, à la fois puissant et très fin, dense et très fruité, aux notes de petits fruits mûrs et de pain grillé, d’une grande longueur au palais, encore jeune, bien sûr.  Le Bâtard-Montrachet Grand Cru 2013 n’a rien à lui envier, aux arômes de fruits blancs mûrs, de bouche concentrée et d’une belle ampleur mais tout en fraîcheur, épicé en finale. Splendide Corton Charlemagne Grand Cru 2013, où la fraîcheur du Chardonnay se manifeste par des saveurs gourmandes de miel et d’abricot sec, de robe or clair, un vin élégant et subtil. Très grand Puligny-Montrachet Premier Cru Folatières 2013, parfumé, intense, aux notes de poire fraîche, tout en bouche, gras mais avec cette nervosité caractéristique, aux notes d’aubépine et de citron, un vin tout en charpente, classique et franc comme cet autre Puligny-Montrachet Premier Cru Clos du Cailleret 2013, un vin puissant, avec des arômes de grillé et d’abricot, de bouche riche mais fraîche, très bien équilibré en acidité. Excellent Savigny-Lès-Beaune blanc Les Pimentiers 2013, d’une belle harmonie au nez comme au palais, aux arômes subtils de fleurs et de musc, alliant saveur et distinction. Le Saint-Aubin Premier Cru Les Murgers des Dents de Chien blanc 2013, associe raffinement et rondeur en bouche où l’on retrouve des nuances de citron et de lis, de bouche vive comme cet autre Saint-Aubin Premier Cru Perrières 2013, aux nuances florales et fruitées_definition.html" class="lexique" target="_blank">fruitées. Goûtez encore le le Hautes-Côtes-de-Beaune En Bois Guillemain blanc 2013, de bouche ronde, un vin vif et souple à la fois, très réussi.

Jean-Michel Chartron
13, Grande-Rue
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 99 19
Télécopie :03 80 21 99 23
Email : info@jeanchartron.com
Site personnel : www.jeanchartron.com

AUVIGUE


“Nous sommes producteurs depuis de nombreuses générations puisque, en 1629, précise-t-on, le nom Auvigue est déjà connu dans les vignobles du Beaujolais, Mâconnais. Auvigue vinifie son propre domaine, deux domaines familiaux, André Auvigue et les héritiers Auvigue, ainsi qu’une partie du domaine Forest-Auvigue, ce qui donne 6 ha en Pouilly-Fuissé et 0.50 ha en Mâcon-Solutré. Notre Mâcon-Solutré est produit en méthode Biologique depuis toujours et le vignoble de Pouilly-Fuissé depuis 2009.” Vous apprécierez ce Pouilly-Fuissé Vieilles Vignes 2012, tout en bouche, où l’on retrouve des nuances de narcisse, d’amande et de poire, associant puissance et distinction. Excellent Pouilly-Fuissé Les Chailloux 2013, au fruité persistant avec cette touche de pêche et de citronnelle, de bouche suave, d'une finale longue et fraîche, aux nuances d’amande et de poire. Goûtez le Saint-Véran Les Chênes 2013, issu du Chardonnay, élevage 5 mois en fûts, finement bouqueté avec des notes de noisette, un vin souple, frais, délicat, et le Saint-Véran La Côte Rôtie 2013, avec des senteurs de fruits frais, tout en suavité, très équilibré.

Jean-Pierre et Michel Auvigue
Le Moulin-du-Pont - 3 131, route de Davayé
71850 Charnay-Lès-Mâcon
Téléphone :03 85 34 17 36
Télécopie :03 85 34 75 88
Email : Vins.Auvigue@wanadoo.fr
Site personnel : www.auvigue.fr

Domaine Albert JOLY


Petit domaine familial d'environ 4 ha, dont l'exploitation a été reprise en 2007 par les enfants. Tous les vins sont produits sur le territoire de Puligny-Montrachet. Les vignes sont cultivées en mode raisonné. Toutes les appellations sont vinifiées en fûts de chêne issus des forêts de l'Allier et les fermentations sont naturelles. Un sulfitage minimum est pratiqué. Les vins ne sont pas filtrés avant leur mise en bouteilles. Coup de cœur pour son Puligny-Montrachet les Charmes 2012, frais et onctueux à la fois, aux connotations florales, de finale ronde, qui allie intensité et souplesse, vraiment réussi comme le 2011, élégant, riche en arômes comme en charpente, un vin gras, d’une grande complexité aromatique, avec des notes de poire, de narcisse et de musc, légèrement miellé, de bouche très ample qui évoque la fougère. Le Puligny-Montrachet les Tremblots 2012 est tout en nuances d’arômes, dense et persistant, un vin généreux, où l’on retrouve le chèvrefeuille et la rose. Excellent 2011, avec une dominante de fleurs blanches, de pêche et de petits fruits secs, tout en finesse, très agréable, sec et suave à la fois.

Famille Joly
2, rue du Creux de Chagny
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 90 52
Email : domainealbertjoly21@orange.fr

DOMAINE FOUGERAY DE BEAUCLAIR


Ce domaine familial fut créé en 1978 par Jean-Louis et Evelyne Fougeray, par acquisition et fermage de vignes dans de prestigieuses appellations bourguignonnes de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. C’est en 1999 que Patrice Ollivier le gendre, a repris la direction ainsi que la vinification du Domaine. Le vignoble s’étend aujourd’hui sur 17 ha de Marsannay La Côte jusqu’à Puligny-Montrachet, notre dernière acquisition. Les bouteilles dégustées sont particulièrement savoureuses. Il y a ce grand Bonnes-Mares 2011, l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, très prometteur. Le Marsannay Les Saint Jacques rouge 2011, parfumé, aux tanins fermes et fondus à la fois, légèrement épicé comme il se doit, est très représentatif de ce terroir particulier, d’excellente évolution. Le Marsannay rouge Les Favières 2011, aux tanins souples, aux notes subtiles de fruits rouges mûrs (cerise, cassis) et d’humus, est un vin ample et de jolie charpente, très persistant, de très bonne évolution. Le Marsannay blanc Les Aiges Pruniers 2012, fin et riche à la fois, aux notes complexes de pêche et de noix, de mousse très abondante, est charmeur et chaleureux, tout en finesse d’arômes.  Superbe Chambertin Les Seuvrées 2011, de robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices, de cuir, de truffe, un vin d’une grande structure, avec des tanins veloutés mais denses, d’une très belle finale, de garde, très racé. Le Fixin rouge Clos Marion 2012, au nez délicat (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin qui allie puissance et souplesse, de très bonne évolution comme le Savigny-lès-Beaune rouge Les Golardes 2011, qui est une réussite, un vin gras et coloré, intense, aux nuances de petits fruits macérés. Le Fixin blanc Clos Marion 2012 est dans la lignée, de bouche savoureuse comme ce Savigny-lès-Beaune blanc Les Golardes 2011, suave en bouche, harmonieux, aux arômes de fruits blancs et de lis, d’une jolie richesse aromatique en finale.


44, rue de Mazy
21160 MARSANNAY-LA-COTE
Téléphone :03 80 52 21 12
Télécopie :03 80 58 73 83
Email : fougeraydebeauclair@vinsdusiecle.com
Site : fougeraydebeauclair
Site personnel : www.fougeraydebeauclair.fr


> Nos dégustations de la semaine

Domaine MUSSY


Je suis fidèle à ce domaine depuis le premier Guide. En 2014, c’est Delphine, la fille de Michel et Odile, et son compagnon Mathieu Kaufmann, qui vont prendre en charge ce domaine de 6 ha avec 12 appellations.
“Les maîtres mots, me dit Odile Meuzard, reflets de notre philosophie globale sont : préserver l’essence et la richesse de notre terroir. Une vinification traditionnelle qui assure l’expression naturelle du vin et apporte un souffle nouveau. L’humilité d’intervenir le moins possible pour laisser le terroir s’exprimer : être à l’écoute de la Terre et des spécificité de chacun des millésimes, aucune vinification n’est identique. Nous nous attachons depuis toujours à proposer à nos clients des vins ronds et ouverts, donc “bons à boire”. Pour cela, nous conservons chaque année une partie des bouteilles de notre production que nous avons le plaisir de faire découvrir ou redécouvrir quelques années plus tard, suivant les millésimes, à leur apogée de dégustation ! Nous avons encore à la vente les 2001, 2002 et 2005...”
Voilà un grand Pommard Clos des Épenots Premier Cru 2010, intense, associant finesse et charpente, un vin coloré et riche, très parfumé (truffe, groseille), de très bonne garde (15,10 €). Le 2009 est dans la lignée, savoureux, charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse, de très bonne garde. Goûtez le 2008, de jolie robe grenat soutenu, au nez intense et subtil à la fois (griotte, humus), avec une présence de prune et de poivre au palais, un vin charpenté et classique comme on les apprécie, de garde. Retrouvé dans ma cave, le 2002, sent bon la groseille, un vin profond et ample, corsé comme il se doit dans ce très beau millésime bourguignon, où dominent en bouche le cassis et la violette, à la fois souple et riche. 
Le Pommard Premier Cru Saussilles 2011, de bouche puissante et dense, aux tanins fondus, dégage un bouquet complexe où s’entremêlent des senteurs de petits fruits rouges mûrs et de réglisse (26,60 €). Le 2010, distingué, aux connotations de prune et de champignons, riche en arômes comme en structure, poursuit son évolution comme le Pommard Les Petits Noizons 2010 est un vin typé et solide, parfumé et charpenté en bouche, tout en harmonie avec des nuances de petits fruits à noyau, de belle robe intense, aux tanins savoureux et puissants à la fois, très charmeur.
Odile et Michel Meuzard
12, ancienne route d'Autun
21630 Pommard
Tél. : 03 80 22 89 11 et 06 72 82 72 63
Fax : 03 80 24 79 79
Email : domaine.mussy@free.fr
www.domainemussy.com

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Domaine LETESSIER-TIXIER


Le vignoble s‘étend sur une superficie de plus de 7 ha sur les communes de Courgis et de Chablis, exposé à flanc de coteau, et se compose de Chablis Premier Cru Montmains pour 37 ares, et Chablis pour 6 ha et 70 ares.
Son Chablis Premier Cru Montmains Vieilles Vignes 2012, bien marqué par son terroir, est de jolie robe, tout en charpente, aux senteurs de rose, généreux et charmeur, associant distinction et fermeté, aux notes fruitées délicates au palais. Le Chablis Grosse Terre 2012, ample, avec des notes de fleurs blanches et d’amande, d’une belle finale, vraiment charmeur, très bien vinifié comme ce Chablis 2012, avec ces nuances de chèvrefeuille et de pêche blanche, un joli vin vif, de bouche fondue et persistante, à déboucher sur un poisson grillé.

Martine Letessier
7, chemin des Sanguinots
89800 Courgis
Tél. : 03 86 41 42 72 et 06 09 82 32 62
Email : domaine-tixier@orange.fr
www.chablis-tixier.com

Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX


À la tête des Premiers Grands Vins Classés. En voilà des vignerons avec lesquels on a plaisir à “boire un canon”, comme on dit en Bourgogne, tant ils associent le meilleur du vin: la convivialité, l’humilité et le respect des terroirs.
“En 2013, nous explique Philippe Chezeaux, nous avons vendangé jusqu’en octobre pour récolter des raisins à maturité, nous avons trié pour ne rentrer que le meilleur. Le 2013 est très aromatique, dans le style du 2012, avec une belle expression du Pinot, mais aussi avec plus de structure que le 2012. Le blanc 2013 est un vin très fruité, avec de belles acidités, il pourra vieillir sans problème. On est vraiment séduit par la belle fraîcheur qui le caractérise.
En 2013, aussi bien pour le rouge que le blanc, nous avons fait de petits rendements, 35% de récolte en moins pour le rouge et 50% pour le blanc, il y aura donc très peu de bouteilles. Les grappes portaient peu de raisins avec une grosse peau qui ont donné peu de jus. Ce sont des Vins assez concentrés, assez riches, d’une belle complexité, que ce soit en rouge ou en blanc, des Vins très francs, très nets, c’est un millésime très pur. Pour les rouges, des arômes de fruits rouges et noirs (mûre, cassis, griotte), pour les blancs, notes assez exotiques, poire, citron.
Le 2014 est à l’élevage, c’est un vin qui évolue bien. Nous avons eu des vendanges précoces, l’été a été un peu compliqué mais avec tout de même moins de pluie, et, durant les trois dernières semaines avant les vendanges, nous avons eu du vent qui séchait bien les raisins et une très grande luminosité, cela a joué en notre faveur. Cette météo propice a apporté une belle maturité naturelle peut-être un cran au-dessus du 2013. Nous avons enfin connu des rendements normaux et il va y avoir un peu plus de vin en cave. Je suis assez surpris par ce millésime qui présente une très belle richesse, des Vins très concentrés en arômes et en structure, ce ne sera pas un très grand vin de garde que l’on laissera en cave de 25 à 30 ans ! Néanmoins, ce 2014 a un très joli potentiel et une belle complexité, ce qui est très prometteur.
Nous sommes depuis 2011 dans une lignée de Vins sur le fruit, avec une vraie définition du Pinot, les consommateurs peuvent aussi bien se faire plaisir dans la jeunesse du vin pour profiter de sa fraîcheur, de sa richesse aromatique mais ce sont aussi des millésimes que l’on pourra conserver en cave.”
Le plaisir est bien là, en effet, avec son Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Saint-Georges 2013, d’une belle couleur aux reflets violets, alliant structure et distinction, très classique, très parfumé, avec ces notes d’humus et et de fruits surmûris. Superbe 2012, où l’élégance prime, parfumé, typé, rond mais de jolie charpente, avec des connotations de fraise des bois et d'épices, tout en bouche, où se décèle une jolie finale épicée au palais. Formidable 2011, très caractéristique de ce beau millésime où l'élégance prédomine, un vin qui allie fermeté et distinction, au nez où dominent la prune et les épices, puis, en bouche, où s'entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, fin et dense au palais. Très beau 2010, où le velouté s'allie à la structure, la complexité d'arômes (fruits noirs, champignons, poivre...) à la subtilité d'une matière pleine, de garde. Superbe 2009, de belle teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de mûre et de réglisse, un vin ample, très persistant en bouche, complet.
À ses côtés, le Nuits-Saint-Georges Premier Cru Aux Champs-Perdrix 2013, coloré, au nez complexe avec des notes de fruits rouges cuits et une pointe de réglisse, de jolie bouche. Le 2012 est très fin, ample, de robe grenat intense, aux senteurs de prune et de mûre, de bouche très équilibrée, bien classique de ce millésime charmeur, idéal sur un paté chaud de canard sauvage en croûte ou un rôti de boeuf aux pruneaux farcis. Beau 2011, puissant, très parfumé au nez (griotte, fumé), dense, tout en distinction, aux notes de cassis et de sous-bois au palais, aux tanins soyeux. Le Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Porêts 2013 dévoile un bouquet puissant de violette, de sous-bois et de cuir, un vin séducteur, aux tanins savoureux. Le 2012 dégage des notes de cassis cuit, de robe rubis, souple et corsé à la fois, de belle complexité (cassis mûr, fraise des bois, violette). Le 2011, alliant rondeur et charpente, se goûte remarquablement, marqué par la prune et la griotte, légèrement poivré comme il le faut en finale, à ouvrir sur une terrine de faisan au foie gras.
On continue avec le Nuits-Saint-Georges les Saint Julien 2013, de teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de cassis et de framboise, avec cette nuance de truffe caractéristique, le Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Bousselots rouge 2013, chaleureux, au nez caractéristique dominé par les fruits cuits et la réglisse, un vin équilibré, de bouche savoureuse, avec des nuances d’humus et de griotte bien mûre, et ce Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Crots 2013, très typé également, fumé, épicé, structuré et suave en bouche, aux tanins fins et élégants, un vin d’une belle longueur, avec des notes concentrées de fruits cuits et de violette, qu’il faut prévoir sur des suprêmes de foies de volaille­­­ ou une canette grillée, sauce béarnaise.
Philippe et Claire Chezeaux

> Les précédentes éditions

Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015
Edition du 22/12/2015
Edition du 15/12/2015
Edition du 08/12/2015
Edition du 01/12/2015
Edition du 24/11/2015
Edition du 17/11/2015
Edition du 10/11/2015
Edition du 03/11/2015
Edition du 27/10/2015
Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015
Edition du 25/08/2015
Edition du 18/08/2015
Edition du 11/08/2015
Edition du 04/08/2015
Edition du 28/07/2015
Edition du 21/07/2015
Edition du 14/07/2015
Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015
Edition du 02/06/2015
Edition du 26/05/2015
Edition du 19/05/2015
Edition du 12/05/2015
Edition du 05/05/2015
Edition du 28/04/2015
Edition du 21/04/2015
Edition du 14/04/2015
Edition du 07/04/2015
Edition du 31/03/2015
Edition du 24/03/2015
Edition du 17/03/2015
Edition du 10/03/2015
Edition du 03/03/2015
Edition du 24/02/2015
Edition du 20/02/2015
Edition du 01/10/2013
Edition du 24/09/2013
Edition du 17/09/2013
Edition du 10/09/2013
Edition du 03/09/2013
Edition du 27/08/2013
Edition du 20/08/2013
Edition du 13/08/2013
Edition du 06/08/2013
Edition du 30/07/2013
Edition du 23/07/2013
Edition du 16/07/2013
Edition du 09/07/2013
Edition du 02/07/2013
Edition du 25/06/2013
Edition du 18/06/2013
Edition du 11/06/2013
Edition du 04/06/2013
Edition du 28/05/2013
Edition du 21/05/2013
Edition du 14/05/2013
Edition du 07/05/2013
Edition du 30/04/2013
Edition du 23/04/2013

 



Gérard TREMBLAY


Frédéric ESMONIN


Domaine François BERTHEAU


Domaine CHEVILLON-CHEZEAUX


Domaine François GERBET


Domaine Daniel DAMPT et Fils


Domaine GROS Frère et Soeur


Domaine BERTHAUT


Domaine HEIMBOURGER Père et Fils


Jean-Yves LAROCHETTE


Domaine Vincent BACHELET


Domaine Jean CHARTRON


AUVIGUE


Jean-Paul PAQUET & Fils


Domaine Roger LUQUET


Domaine VIRELY-ROUGEOT


Sylvain MOSNIER


Domaine des MEIX


Domaine Michel PRUNIER et Fille


Domaine des MONTS LUISANTS


Domaine Jacques CARILLON


Domaine COQUARD-LOISON-FLEUROT


Domaine Marc JOMAIN


Domaine DENUZILLER


Domaine JAFFELIN Père et Fils


Domaine SEGUIN-MANUEL



DOMAINE VINCENT BACHELET


CHARLES SCHLERET


CHATEAU DES PEYREGRANDES


CHÂTEAU FILLON


CHATEAU LE SOULEY-SAINTE-CROIX


CHATEAU FABAS


DOMAINE DE ROSIERS


SCEA CHATEAU CAILLIVET


DOMAINE ALARY


DOMAINE DE LA VALERIANE


DOMAINE LAFRAN-VEYROLLES



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales